SCAN[ more business,
more money management ]

Production : La coma
Coproduction : Espace Malraux, scène nationale de Chambéry et de la Savoie / Le Théâtre National de Chaillot / Le Festival d’Avignon IN / Le Quartz scène nationale de Brest / Relais Culturel Château Rouge à Annemasse / Conseil Régional d’Aquitaine (Subvention exceptionnelle allouée dans le cadre de la création au Festival IN d’Avignon) / Le Centre National de la Danse / Le Centre Chorégraphique National de Créteil / Le Théâtre National de Toulouse / Le Cuvier Centre de Développement Chorégraphique d’Aquitaine / Association Beaumarchais / ADAMI

Nicolas Barillot
Ben Benaouisse,
Odile Béranger,
Frédéric Blanc,
Eric Blosse,
Sandrine Esther-Darmon,
Frédéric Desmesure,
Cyril Duchêne,
Séverine Garat,
Anna Juvander,
Didier Lagassan,
Claude Locussol,
Christophe Mendy,
Olga Mesa,
Gabriela Oyarzabal,
Thierry Perceval,
Gilles Rouhaud,
Michel Schweizer
Franck Tallon,
Itsvan Van Heuverzwyn

Production 2013 : La Coma
Coproduction : Opéra National de Bordeaux / Etablissement public du Parc et de la grande Halle de la Villette, Paris / La scène nationale d’Orléans / OARA (office artistique de la région Aquitaine) / IDDAC (agence culturelle de la Gironde) / MC2, Grenoble / Théâtre d’Arles, scène conventionnée pour des écritures d’aujourd’hui / La Filature, scène nationale de Mulhouse / Le Manège de Reims, scène nationale / MA scène nationale, Pays de Montbéliard / Malandain Ballet de Biarritz – Le Centre Chorégraphique National / Le Cuvier CDC d’Aquitaine
Aide à la résidence : Théâtre d’Arles, scène conventionnée pour des écritures d’aujourd’hui / Centre départemental de créations en résidence – Conseil Général des Bouches-du-Rhône
Soutien : Théâtre de la Cité internationale, Résidence André de Gouveia et Maison du Brésil à Paris / Centre National de la danse – Pantin – Mise à disposition de studio 
Remerciements à Elisa Boillot – Ostéopathe, Julie Nioche.

Présent lors de la création du spectacle au Théâtre d’Arles, scène conventionnée pour les écritures d’aujourd’hui les 15 et 16 octobre 2013, Cyrille Atanassoff, blessé au cours d’une répétition au mois de novembre suivant, ne pourra malheureusement plus assurer sa place dans le spectacle.

Dans Scan, Michel Schweizer invite le public à choisir son propre rôle. Dès son entrée dans le lieu, différents statuts sont proposés au spectateur pour participer à l’expérience. Libre à chacun de se reconnaître et /ou de s’inscrire dans tels ou tels “profils” pour apprécier ici, dans un service personnalisé, ce qui fait privilège ou pas. Finalement, l’objet représenté, le “produit” – aussi essentiel qu’il soit – a une importance secondaire. Scan repose avant tout sur la tentative de questionnement du système global du projet spectaculaire : quelle est la légitimité du créateur ? Quelle est l’implication du public selon les informations dont il dispose ? Qui décide de la circulation de ce questionnement ? Après avoir suivi un stage de management, Michel Schweizer, 44 ans, use du glossaire et du costume même du parfait manager pour mieux désosser les automatismes de production culturelle, et bouleverser sans ménagement, mais avec un humour non dissimulé, la place de l’artiste et de ceux qui l’écoutent.